Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Vivi
  • Le blog de Vivi
  • : Relai d'informations dans la protection animale, l'écologie mais aussi les injustices sociales, l'atteinte aux libertés. Chaque jour nous rappelle que l'homme n'est pas seulement un loup pour l'homme, c'est aussi un prédateur pour toute la création ...
  • Contact

Recherche

Archives

29 août 2008 5 29 /08 /août /2008 10:31
Reçu de Flac-Aquitania.
Non les Basques ne sont pas tous des barbares !!


L'Atalante : Cinéma d'Arts et d'Essais...
Une expo tauromachique pour entacher
sa dimension "culturelle ?

Sous prétexte d'une expo photo sans grande envergure, la tauromachie fait son entrée à l'Atalante et déclenche un fort mouvement de protestation.
 
En effet, l'Atalante, par sa commission Expo, a pris la décision d'exposer sur ces murs une série de photos sur le thème de la tauromachie, photos ne montrant que les sempiternelles images dans lesquelles seul l'homme - déguisé en toréador ou "danseuse ridicule" comme le dit Cabrel - est pris en compte et mis en valeur, ne donnant ainsi qu'une vision esthétisée et tronquée de la corrida. Cette décision de la commission a été battue en brèche et a fait l'objet d'une contestation appuyée de la part du Flac-Aquitania bien sûr, mais également de la part des adhérents de l'Atalante eux-mêmes.
 
Ce mardi 25 août 2008 fut une soirée où sont venus s'exprimer ceux qui subissent quotidiennement les agressions répétées et imposées par l'équipe municipale nouvellement élue, menée par Jean Grenet, que ce soit par la débauche de publicité faite sur tous les panneaux publicitaires de la ville pour la tauromachie, ou par la distribution dans toutes les boites à lettres des bayonnais du fascicule de propagande pour les corridas. Il s'agit d'un passage en force de la mairie pour dispenser la parole tauromachique auprès de tous ses concitoyens, qu'ils soient épris de tauromachie ou totalement opposés comme c'est le cas de la grande majorité d'entre eux ! La dernière agression en date étant la censure du spot présenté par la FLAC, la FBB et la SPA dans les salles de cinémas CGR à Bayonne, censure dont Jean Grenet s'est enorgueilli d'en être la cheville ouvrière. Nous rappelons que le spot ne montre que la réalité de la corrida, à savoir : du sang, de la souffrance et la mort d'un animal
 
La surprise de tous est venue de ce que l'Atalante, cinéma d'arts et d'essais, se fasse le relais de la majorité municipale en matière de tauromachie, en donnant la parole à ceux qui l'ont déjà largement. Des solutions sont en cours de discussion pour trouver une sortie honorable à cette situation déplorable... A suivre donc...
 
Cet incident de l'Atalante relance les éternelles questions de fond que se posent la majorité de la population sur la tauromachie à Bayonne et sur l'énergie que déploie la majorité des élus pour faire croire aux touristes, que l'activité de Bayonne est toute entière tournée vers la tauromachie ibérique et que tous les bayonnais sont tous des aficionados... c'est à dire des gens capables de prendre du plaisir à voir torturer des animaux en public, et en faisant croire à ces mêmes touristes que cette tuerie collective fait partie de la tradition des bayonnais et des basques en général, enfin des gens du sud ! (pour mémoire, 72 animaux ont été ou seront trucidés cette année). Il faut rappeler que la loi interdit les corridas dans 90% du territoire pour maltraitance animale, les pays du Nord, dits "civilisés" et l'autorise, grâce à l'alinéa 7 de cette même loi, dans une partie des 3 régions du sud, pays dit "barbares" dont nous faisons partie. Cet alinéa est anticonstitutionnel puisque la loi est appliquée différemment selon que l'on est au "nord" ou au "sud".
 
Monsieur Grenet, se débat comme un beau diable, soutenu bien sûr par son équipe municipale au grand complet, pour maintenir en vie une activité tauromachique moribonde, une activité qui ne survit qu'à coup de finances publiques et de subventions.
 
Quand les élus municipaux vont-ils un jour se poser les bonnes questions et se remettre en cause ? Quand les élus vont-il cesser de rejeter la responsabilité de la désaffection des arènes sur les autres, sur l'environnement qui n'est pas comme ils le souhaiteraient, sur les villes voisines que sont Dax ou Saint Sébastien, comme le dit le directeur des arènes Olivier Baratchart, parce qu'elles aussi organisent des corridas (!), sur le vent qui souffle trop fort ou pas assez, etc... etc... ? Mais quand vont-ils cesser d'imposer à leurs concitoyens des choix politiques erronés qui  pèsent sur  les ressources des contribuables ? Quand vont-ils prendre conscience qu'il faut arrêter ces spectacles de torture et de mort et les remplacer par des spectacles de vie ? En 2 ans, 2006 et 2007, Bayonne a dépensé 5 000 000 d'euros (minimum) pour l'activité tauromachique, dont 250 000 euros pour éponger le déficit de la saison 2007 et 300 000 à 400 000 euros pour reloger la seule peña taurine Côte Basque qui pourtant, comme on le sait, ne sert à rien, n'a aucune utilité publique et qui n'avait absolument pas besoin de çà puisqu'elle était déjà confortablement installée dans ses beaux locaux du Passage de la Feria, locaux qu'il faut rappeler, avaient eux-mêmes été restaurés à grands frais et toujours payés naturellement par la Mairie. Ce qui est particulièrement incompréhensible, c'est que cette peña dispose de faveurs aussi larges de la part de la mairie de Bayonne, c'est à dire du contribuable Bayonnais ! En vertu de quels services rendus ? Peut-être juste parce qu'elle est fréquentée par quelques notables locaux amateurs de corridas ? C'est pour l'instant une question sans réponse...

Que dire d'une société qui promotionne la mise à mort publique d'animaux, mise à mort qui n'est pour eux, rappelons le que la fin d'une séance de torture dont la violence ne fait pas honneur aux êtres humains qui la pratiquent ni à ceux qui la cautionnent...

Aujourd'hui, les mentalités ont évolué. Ces spectacles violents n'ont plus la faveur du public qui devient de plus en plus réceptif aux arguments éthiques des associations de protection animale et anti-corrida. Basauri, ville d'Euskadi, voisine de Bilbao, a franchi un cap important et s'est déclarée ville antitaurine. Elle a choisi la voie de l'intelligence et de la raison, mais aussi celle du respect que tout être humain doit avoir envers les animaux, car c'est l'homme qui a besoin d'eux et non l'inverse ! 

A l'exemple des élus de Basauri, quand les élus bayonnais seront ils capables de se remettre en cause et de s'engager à ne pas dépenser à tort et à travers l'argent de leurs concitoyens ? Quand le élus bayonnais s'engageront ils à ne plus organiser de festivités dans lesquelles des animaux seront utilisés de manière humiliante ou maltraités, et torturés comme c'est le cas dans les corridas espagnoles et portugaises ?.

Quand viendra t'il le temps où l'exemple des villes comme Basauri et les 47 autres villes catalanes, réveillera les consciences de nos élus locaux ? Quand se rendront ils compte que la tauromachie 
dénature les rapports entre l'homme et l'animal, et qu'elle n'est que la fête de la douleur et de la mort ?
Quand sortiront ils de leur conservatisme dépassé, qu'ils soient en Pays Basque, en Occitanie ou en Catalogne ? Quand ouvriront ils les yeux pour qu'enfin les corridas soient définitivement rangées dans le placard de l'histoire ancienne ?

Bientôt, et Monsieur Grenet le sait bien et c'est pour cela qu'il s'agite, car ce mouvement est inexorable. Nous demandons à tous les élus de ne pas rester en arrière, de rejoindre tous ceux, majoritaires dans ce pays, qui ne veulent plus que la torture des animaux soient pour certains un élément de la fête. Demandons à nos élus qu'ils se comportent en élus responsables et tout comme l'ont fait leurs collègues de Basauri, mettent en place les conditions nécessaires pour déclarer Bayonne Ville anti corridas !

Partager cet article

Repost 0
Published by Vivi - dans Tauromachie
commenter cet article

commentaires