Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Vivi
  • Le blog de Vivi
  • : Relai d'informations dans la protection animale, l'écologie mais aussi les injustices sociales, l'atteinte aux libertés. Chaque jour nous rappelle que l'homme n'est pas seulement un loup pour l'homme, c'est aussi un prédateur pour toute la création ...
  • Contact

Recherche

Archives

14 septembre 2008 7 14 /09 /septembre /2008 23:11

Une poubelle nucléaire trouée comme une passoire

Officiellement, le centre de stockage d'Asse en Basse-Saxe faisait figure de modèle. Ce pourrait être une «bombe à retardement».

Ancienne mine de sel, le site d'Asse était censé garantir une étanchéité sans pareil et offrir la solution d'avenir pour les fûts de déchets radioactifs qui devront rester calfeutrés des siècles, voire des millénaires. Or, une enquête des services du Land publiée mardi a sonné l'alarme. Elle confirme ce que les mauvais esprits assurent depuis belle lurette: la mine est depuis toujours parcourue par les infiltrations. On a connu des pointes jusqu'à 432 mètres cubes d'eau par jour en 1979, et la montagne exerçant une pression gigantesque sur les couloirs de sel, 32 points d'infiltrations supplémentaires ont été recensés depuis 1988.

«Asse est à peu près aussi troué qu'une passoire», résume Sigmar Gabriel, ministre social-démocrate de l'environnement. Aujourd'hui, 12 000 litres ruissellent en moyenne chaque jour sur les parois de sel, ainsi que sur les 126 000 barils de déchets radioactifs entreposés dans 131 cavités entre 1967 et 1979, dont certains sont endommagés, sans que l'on sache précisément lesquels. L'inventaire exact des dépôts est en cours. On sait que plus de 11 kilos de plutonium, et plus de 100 tonnes ionisantes d'uranium ont été ajoutés aux déchets «ordinaires».

Soupe radioactive. La saumure qui ruisselle vers le fond de la mine, contaminée par les fuites radioactives, est finalement recueillie dans une «piscine» à plus de 500 mètres de profondeur. La «soupe», radioactive dans des proportions qui peuvent dépasser parfois jusqu'à dix fois la norme, est pompée ensuite vers la surface. «Jusqu'ici, nous gardons la situation en main, assure un responsable.» Mais les arrivées d'eau augmentent régulièrement, une inondation est possible et elle serait fatale, provoquant une vraie «catastrophe nucléaire». La nappe phréatique contaminée rendrait le voisinage inhabitable. Dans les villages environnants, les panneaux «Danger Asse» se multiplient.

Pendant des décennies, la société chargée de l'exploitation du site par les services du Ministère de la recherche a dissimulé l'état de la mine. Ses relevés sur les rayonnements qu'elle transmettait aux autorités étaient fantaisistes, voire ignorés. La responsabilité et la surveillance du dépôt ont été retirées jeudi au Ministère de la recherche d'Anette Schavan, démocrate-chrétienne, pour être confiées au ministre de l'Environnement, farouche partisan de la sortie du nucléaire. Le procureur de Braunschweig a ouvert une enquête.

Expertises en cours. Deux expertises sont en cours. L'une devra préciser quand on ne pourra plus travailler dans le site; ce pourrait être dès 2014. L'autre envisage deux possibilités de fermer la marmite. La première consisterait à combler la mine, puis à l'inonder après l'avoir condamnée par une chape de béton. Mais certains experts soulignent qu'il est impossible de prévoir ce qui se passera au cours des siècles ! La seconde solution serait d'extraire les 126 000 fûts pour les entreposer ailleurs. Ce qui prendrait des années et coûterait 2,5 milliards d'euros environ. Si c'est encore possible, vu l'état des lieux.

 

Source : Réseau Sortir du Nucléaire

Partager cet article

Repost 0
Published by Vivi - dans Environnement
commenter cet article

commentaires