Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Vivi
  • Le blog de Vivi
  • : Relai d'informations dans la protection animale, l'écologie mais aussi les injustices sociales, l'atteinte aux libertés. Chaque jour nous rappelle que l'homme n'est pas seulement un loup pour l'homme, c'est aussi un prédateur pour toute la création ...
  • Contact

Recherche

Archives

27 mars 2009 5 27 /03 /mars /2009 12:55
Chers Amis,

Nous souhaitons vous faire part du communiqué que nous envoyons aujourd'hui à la presse. En effet, le lobby de l'expérimentation animale déploie toute son énergie pour laisser penser aux députés que si la Directive 1986 est révisée dans le sens de plus d'éthique vis à vis des animaux et de plus de progrès grâce aux méthodes substitutives, la santé humaine risque d'être mise en péril.

Voici la liste des députés européens qui vont siéger mardi pour voter le texte de la Directive.

http://www.europarl.europa.eu/activities/committees/membersCom.do?language=EN&body=AGRI

Nous vous invitons à écrire courtoisement à nouveau aux eurodéputés français. Il vous est possible de reprendre les arguments de notre communiqué (ci dessous) et des articles actuellement en ligne sur notre site internet.

Pour les animaux, merci très sincèrement,

L'équipe de One Voice




Expérimentation animale : la nécessaire révision de la Directive 1986

Le 27 mars 2009

Les expérimentations sur les animaux suscitent d'importantes préoccupations en France et dans les autres pays d'Europe. Une majorité des personnes ayant répondu à un sondage récent de la Commission européenne, réalisé auprès d'un échantillon de grande taille, se déclare opposée à toutes ces expérimentations, même dans le cadre de la recherche médicale. Cependant, pas moins de 12 millions d'animaux ont été utilisés dans l'Union européenne en 2005.

L'Europe a aujourd'hui une opportunité historique de renoncer à l'expérimentation animale, cruelle et souvent peu fiable, au profit d'une science moderne, humaine et plus digne du XXIe siècle. Le Parlement européen envisage en effet actuellement de modifier la Directive sur l'expérimentation animale.

Malheureusement, certains députés européens subissent les lourdes pressions d'une industrie de l'expérimentation animale qui représente des milliards d'euros et s'opposent farouchement à toute avancée significative. Ils veulent que les chercheurs puissent continuer de procéder à des expérimentations sur des singes, sur des chats et sur des chiens (même pour servir les objectifs les plus triviaux), d'infliger aux animaux des souffrances à la fois sévères et prolongées, de réutiliser plusieurs fois le même animal, même pour lui faire subir des opérations répétées. Ils veulent ralentir le passage obligatoire aux méthodes substitutives, conserver autant que possible le caractère secret de l'ensemble du système, et même, le plus souvent, faire en sorte que les expériences, avec les souffrances qu'elles impliquent, ne nécessitent pas d'autorisation officielle.

Il existe une meilleure vision des choses. Les méthodes substitutives nécessitent un financement bien plus important et une volonté réelle. L'UE devrait adopter une politique qui reflèt e l'opinion publique concernant l'expérimentation animale, faire cesser cette dépendance des chercheurs vis-à-vis des animaux, adopter des objectifs ambitieux pour faire diminuer d'année en année l'utilisation des animaux et instituer des contrôles bien plus stricts des possibilités d'utiliser des animaux et du niveau de souffrance permissible, interdire la répétition non nécessaire des expériences et promouvoir un niveau bien plus élevé de transparence et de responsabilité, seule l'information confidentielle et personnelle ne devant pas être publiée.

La Commission de l'Agriculture du Parlement européen doit procéder à un vote décisif le 31 mars 2009. Nous demandons à toutes les personnes qui se soucient du sort terrible des animaux dans les laboratoires de presser les députés européens de choisir une vision moderne et humaine de la science au XXIe siècle.

Partager cet article

Repost 0

commentaires