Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Vivi
  • Le blog de Vivi
  • : Relai d'informations dans la protection animale, l'écologie mais aussi les injustices sociales, l'atteinte aux libertés. Chaque jour nous rappelle que l'homme n'est pas seulement un loup pour l'homme, c'est aussi un prédateur pour toute la création ...
  • Contact

Recherche

Archives

8 mars 2012 4 08 /03 /mars /2012 20:45

 

Pour:Tokyo Electric Power (Tepco), le gouvernement japonais

" Je veux mourir la ou je suis né"

"Je pensais atteindre les 80ans. Finalement, je m'arrêterai peut-être avant."

Naoto Matsumura, argiculteur depuis cinq générations a 52 ans. Tous les matins il se lève à 6h, fait chauffer de l'eau tiré de la rivière qu'il chauffe sur un poêle à charbon, s'habille d'un vieux pull et d'un vieux pantalon, déjeune, siffle ses chiens et entame ses travaux.

Naoto Matsumura nourrit ses poules et ses vaches. Puis, ce sont les chevaux, les cochons et les chats du voisinnage qui ont droit à ses soins.
La matinée passe très vite. De temps en temps, il tend l'oreille vers la ville toute proche. Mais les rues désertes ne lui renvoient que le silence. Il y a deux ans, 78.000 personnes vivaient autour de la ferme de M. Matsumura. Aujourd'hui, il est le dernier fermier de Fukushima.

Le 11 mars 2011, un tremblement de terre suivi d'un tsunami a ravagé la côte est du Japon. Après quelques jours d'hésitations, le gouvernement décide de de faire évacuer la région et ses alentours. Tous on obéit, sauf M. Matsumura. Héritier de 5 générations de férmier, il n'a pas accepté d'abandonner ses bêtes, ses terres, ses fôrets. Il est le seul humain sur 40 km.
Les premiers jours, il s'est demandé s'il ne faisait pas une bêtise en restant. Machinalement il a continué de nourrir ses vaches invendables, ses poules aux oeufs radioactifs. Puis, il a pris conscience de sa mission. Au moment de l'évacuation, les habitants ont laissé derrière eux leurs animaux familiers.

M. Matsumura a commencé à voir affluer dans sa cour des chats maigres. Pris de pitié, il leur a jeté des croquettes. Ensuite, il s'est mis à faire le tour des fermes. Dans certaines, il est arrivé trop tard. Il n'a trouvé que des cadavres, déjà mangé par les vers et les corbeaux. Dans d'autres, il a découvert des animaux affamés, mais vivants, auxquels il a rendu leur libérté.

Peu à peu, le femrier s'est mis à nourrir tous les animaux délaissés de la région.
En 8 jours, il s'est retrouvé avec: 400 vaches, une centaine de chats, 60 porcs et des dizaines de chiens à sa charge. Par téléphone, sa femme est ses 2 fils ont essayé de le convaincre de partir. Mais le fermier a refusé. Quand les médias ont révélé la situation, des inconnu appelaient M. Matsumura pour lui demander de s'occuper de leurs animaux ou de les délivrer de leur volière. Il est parfois arrivé trop tard.

Le fermier a rencontré une autruche qui s'est echappé d'un élevage, il a voulu la capturé, en vain. Depuis 7 mois, M. Matsumura la croise régulierement et lui adresse un signe moqueur. "C'est l'emblème des responsables japonais: des trouillards qui enfoncent leur tête dans le sable à la première difficulté !" Plaisante-t-il.

D'autres animaux se sont attachés à lui. Dans les collines, il a délivré 2 chiens pris dans des pièges à sanglier. Les bêtes ont perdu une patte, mais ont trouvé un maître. Elles le suivent en boitillant.

"Ce qui me fait le plus de peine, confie-t-il, ce sont les animaux prisonniers. Quand les fermiers sont partis, ils ont laissé des veaux attachés par le museau. Ils ont survécu en broutant, ont grandi, et les cordes leur ont entaillé la chair. Beaucoup sont morts de plaies à la mâchoire, avant que je ne puisse les délivrer. Dans une ferme, j'ai trouvé une vache et son veau, maigres. Le veau cherchait à téter. La vache était trop faible pour l'allaiter et le repoussait à coups de sabots. J'ai vu le petit se réfugier dans un coin en poussant des gémissements pitoyables. Quand je suis revenu le lendemain avec du fourrage, ils étaient morts tous les deux."

Aujourd'hui, les cochons prolifèrent dans les bois. Les vaches paissent à travers champs, sont grasses et prospères. Six ont mis bat depuis mars. M. Matsumura affirme que leurs veaux sont "parfaitement normaux". Pourtant, il ne se fait pas d'illusion sur la radioactivité qui ronge la région. "La nature ici est malade. Vous avez vu les toiles monstrueuses que les araignées tissent? Je continue à pêcher pour le plaisir mais je ne mange plus les poissons qui sont bourrés de césium. Je me débrouille avec la nourriture en boîte."

Puis, il remplit quelques bidons d'essence pour sa camionnette et pour ses générateurs, et il rentre chez lui. Ses animaux l'attendent. Ce sont des animaux domestiques, ils ont besoin des humain pour se nourrir, pour s'abriter. Le gouvernement devrait m'aider au lieu de chercher à masquer la réalité."

Il aimerait que les cadavres des bêtes soient au moins ramassés. Cet été il a réclamé que des vétérinaires bénévoles puissent accéder à la zone afin d'emmener les chats et les chiens dans des refuges. A présent, il redoute l'hiver. "Je ne sais pas si je trouverai assez de provisions pour les bêtes, et assez de charbon pour moi".

Bien campé sur ses botes, un sourire sur le visage, il allume une cigarette en contemplant les collines boisées qui l'entourent. Pour lui, Fukushima était le plus bel endroit au monde. Aujourd'hui, il essuie une larme sur ce que les hommes en ont fait. Avant d'aller nourrir ses vaches.

Cet homme a beaucoup de courage. Il a abandonné femme et enfants pour se consacrer à son bien le plus précieux: sa ferme et les animaux. Il a condamné sa vie. S'il n'était pas resté, tous ces animaux, à l'heure qu'il est, serait déjà mort de faim, de soif, de froid, etc...ce que nous voulobns, c'est que la tepco ( tokyo electric power), et le gouvernement japonais prennent leurs résponsabilités face à cette catastrophe ècologique et ses conséquences sur la faune et la folre durant des centaines d'années, et que cet homme, le SEUL à se sacrifier pour que la vie reprenne son cours dans le " no man's land" recoive tout l'aide dont il à besoin, pour nourrir les animaux et leur offir un cadre de vie décent!!!


Les signataires
Pétition : ici

 

 

Pour aider Mr Naoto MATSUMURA

 

http://wildrescue.blogspot.com/2012/01/naoto-matsumara.html

Partager cet article

Repost 0

commentaires