Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Vivi
  • Le blog de Vivi
  • : Relai d'informations dans la protection animale, l'écologie mais aussi les injustices sociales, l'atteinte aux libertés. Chaque jour nous rappelle que l'homme n'est pas seulement un loup pour l'homme, c'est aussi un prédateur pour toute la création ...
  • Contact

Recherche

Archives

17 janvier 2010 7 17 /01 /janvier /2010 10:56
Source : Isabel Marcoux, présidente de la Flac,

Entre la fin décembre et le 16 janvier un drame épouvantable est arrivé à des milliers de personnes. Le monde entier se mobilise pour aider les victimes du tremblement de terre, nous sommes tous solidaires de ces êtres qui souffrent dans leur chair et dans leur coeur. Il n'empêche que la télévision continue à passer ses programmes comiques ou autres, il n'empêche que cet après-midi sur FR3 ils ont passé l'émission tauromachique, où Boix le "manager" de José Tomás entre deux notes de mandoline (il faut attendrir les téléspectateurs...) a chanté les louanges du matador, qui le fait vivre chichement. Une femme d'âge mur, qui a un restaurant à Barcelone fief des taurins, parle entre deux "ole" à la Monumental, du coté "sublime" de la corrida, et insiste sur la beauté du  tous unis par le même élan...Cela doit être le même élan qui faisait applaudir ceux qui au pied de la guillotine criaient quand la tête du condamné tombait...

Moralité la vie continue et chacun parle de ce qui l'intéresse personnellement, ses problèmes, ses soucis, ses motivations, même s'il est compatissant de la douleur des habitants du pays détruit, tout se passe comme avant la catastrophe. Ceci est indéniable, pour cette raison nous n'acceptons pas les commentaires déplaisants de la part de ceux qui aiment les massacres d'animaux et qui se permettent des phrases sibyllines du genre : "Vous vous occupez des taureaux quand il y a tant de gens en détresse à Haïti?"...Le renvoi de la balle est immédiat : "Vous tremblez devant l'annonce de la fermeture des arènes de la Monumental de Barcelona quand les victimes du séisme se comptent par milliers?"...

Après ce prélude je peux donner suite à mon indignation, vieille de 15 jours. J'ai voulu la laisser refroidir pendant deux semaines  pour ne pas écrire à chaud. Il s'agit de commentaire l'entretien fort déplaisant, fait par un journaliste de Midi-Libre, au nouveau Préfet de l'Herault et du Languedoc Roussillon.

Le représentant de l'Etat aurait pu être questionné sur des dizaines de sujets importants sur sa fonction. Mais NON pas du tout, le sujet fut tout autre:  la passion de Claude Baland... Cette passion comme par hasard c'est la tauromachie...A Vicente Coste les affaires sociales, financières, professionnelles, humanitaires qui sont l'essentiel de la charge d'un Préfet ne l'intéressent pas du tout, il voulait savoir si la corrida est en danger...Et M. le Préfet qui est ne dans le Berry, qui a été instituteur et qui est Chevalier de la Légion d'honneur, ainsi qu'officier de l'Ordre National du Mérite réponds: "On peut penser qu'il y a une pression inconsciente de la societé.(merci pour le mot inconsciente)../..."Une interdiction pourrait être prononcée en Catalogne . Mais là-bàs n'est-ce pas une façon comme une autre de se demarquer de la Castille , de l'Andalousie, d'une Espagne plus traditionelle?"  Devant ces mots M. le Préfet, même habilement prononcés sous la forme d'interrogation, je me sens INSULTEE. En tant que catalane, en tant qu'espagnole oui M. Bland vous nous offensez. Désolée mais je ne peux pas comprendre qu'un personnage de votre envergure puisse se tromper d'une façon aussi aberrante!

Il est si difficile d'admettre que la lutte pour abolir les corridas fait partie d'un idéal pour un monde meilleur? C'est si difficile de comprendre qu'en Catalogne parmi les 182.000 signatures pour l'abolition il y avait des milliers de gens qui ne sont pas catalans de naissance, qui gagnent leur pain dans cette région et qui ne veulent plus de ces horreurs? Il est si difficile de reconnaître que le cruel spectacle qui se joue dans les arènes est insupportable pour les êtres dotés de sensibilité?. Pire encore M. le Préfet, vous ajoutez "la puntilla" a vos jugements, car votre phrase se termine par :"Si, un jour , la corrida venait à être interdite.../...l'homme que je suis serait triste. J'y verrais un renoncement à deux siècles de torture" !!!  En lisant cela j'ai eu envie de vomir, car la torture de 6 bovins n'a jamais été une culture et ne le sera JAMAIS! Ce mot c'est létiquette que les taurins ont collé à leurs turpitudes pour essayer de les justifier!

Dans les pages qui concernet la préfecture/ Rôle du Préfet (http://WWW;herault.pref.gouv.fr/serviceetat/prefet/role_prefet.shtm) il est écrit "Il (le Préfet) doit également faire preuve de neutralité et de réserve dans ses décisions, ses prises de position et sa façon de s'exprimer".


Où étaient la neutralité et la réserve qui caracterisent la fonction de Préfet quand vous avez répondu à ce journaliste TAURIN?  Il vous a fait passer par le parcours qu'il voulait, pour faire plaisir à quelques aficionados, en oubliant que même dans la région du Languedoc -Roussillon il y a des milliers de citoyens qui ne suivent pas ces goûts morbides qui viennent de l'autre coté des Pyrénées, introduits par une emperatrice capricieuse qui s'ennuyait à Bayonne! Comme tradition et comme culture française, permettez qu'une espagnole anti-corrida trouve cela bien ridicule.

Ci jointe la lettre écrite au Préfet par un professeur biterrois à la retraite. Il a une vision très claire du problème puisqu'il le vit de près dans sa ville et ses affirmations sont très justes.


A Monsieur Claude Baland                                                              Béziers le 02/01/10

Préfet du Languedoc-Roussillon

 

Monsieur le préfet

Le Midi Libre, le 29/12/09, en chronique de Béziers, sous le titre « La corrida peut mettre les larmes aux yeux…du préfet » a publié sur toute une demi-page un entretien dans lequel vous exprimez longuement votre « passion » pour la corrida.


Si cette prétendue passion était sincère, elle vous aurait inspiré une réaction toute personnelle, des jugements originaux, reflets de votre sensibilité individuelle. Mais il n’y a strictement rien de personnel dans l’éloge que vous faites de la tauromachie. Vous récitez quelques-uns des clichés que la publicité taurine ressasse à longueur d’année. Derrière le masque de la « passion » maladroitement affectée vous êtes visiblement en service commandé. Votre entourage a jugé prudent que vous fassiez allégeance au milieu taurin.


On vous a dit que, pour bien s’intégrer dans la « bonne société » régionale, il vaut mieux s’afficher aficionado ? Vos conseillers retardent. Ils n’ont donc pas constaté que le vent tourne? Depuis des années la corrida décline partout, même à Nîmes qui, au lieu de 3 ou 4 férias annuelles n’en conserve plus que deux. Béziers, faute de public, a définitivement supprimé en 1995 ses traditionnelles corridas de vendanges,  puis en 1998 sa traditionnelle « mini-feria » de juillet. Même les novilladas de juin, spectacles bon marché et faciles à rentabiliser, ont disparu faute de spectateurs. En août 2009, pour la première fois, les commerçants biterrois ont presque tous jugé préférable de ne plus orner leurs vitrines d’objets taurins comme ils le faisaient habituellement à chaque feria. Quant aux vedettes du show business et de la politique qui paradaient naguère aux arènes, elles ne s’y montrent plus.  « Que sont les people devenus ? » s’interrogeait le Midi Libre en août dernier (2009) pendant la feria biterroise.


Nouveau venu dans notre région, savez-vous, Monsieur le préfet, que le milieu taurin est connu pour être financièrement très opaque ? Savez-vous que le prix d’achat des taureaux et les salaires des toreros ne sont jamais divulgués, au grand dam du fisc? Savez-vous que, grâce à de hautes complicités, le milieu taurin vit en permanence au-dessus des lois ? Savez-vous que les règlements de comptes, dans ce milieu, sont impitoyables ? Savez-vous que les Méridionaux emploient de plus en plus le mot « toromafia » ?


Ce n’est pas le citoyen Claude Baland que le Midi Libre a interrogé, mais le préfet de région en tant que tel. Il est grave que le principal représentant de l’Etat en Languedoc-Roussillon soutienne publiquement un milieu aussi peu recommandable que le milieu taurin. Il est grave que vous vantiez un spectacle violent, sanguinaire, tortionnaire, meurtrier, homicide, sadique, condamné par le droit français et donc interdit en France avec une simple tolérance pour certaines localités attardées.


Vous compromettez ainsi votre respectabilité et celle de l’Etat que vous incarnez.

 

Nous vous prions d’agréer, monsieur le Préfet, l’expression de nos sentiments républicains.


Robert CLAVIJO président-fondateur du COLBAC

(COmité de Liaison Biterrois pour l’Abolition de la Corrida)

1 bis rue Auber 34500 Béziers  Tél : 04 67 76 28 56

Partager cet article

Repost 0
Published by Vivi - dans Tauromachie
commenter cet article

commentaires