Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Vivi
  • Le blog de Vivi
  • : Relai d'informations dans la protection animale, l'écologie mais aussi les injustices sociales, l'atteinte aux libertés. Chaque jour nous rappelle que l'homme n'est pas seulement un loup pour l'homme, c'est aussi un prédateur pour toute la création ...
  • Contact

Recherche

Archives

15 octobre 2009 4 15 /10 /octobre /2009 15:19
Une action à l'initiative du CRAC pour soutenir le projet de loi de la députée Muriel Marland-Militello, afin d'obtenir l'abolition des corridas en France .
Campagne d'affichage
à Marseille.

Source : le blog de Jenolekolo,

 

 


 

UNE PREMIÈRE À MARSEILLE !

CAMPAGNE D’AFFICHAGE POUR L’ABOLITION

DE LA CORRIDA

141 PANNEAUX 4 PAR 3

 

EN PRÉSENCE DE LA DÉPUTÉE MURIEL MARLAND-MILITELLO

 ET EN SOUTIEN À SA PROPOSITION DE LOI POUR L’ABOLITION DE LA CORRIDA

EN FRANCE

 

 

Le Comité Radicalement Anti Corrida Europe et ses 22 partenaires, représentant 9 pays d’Europe et le Venezuela, ont le plaisir de vous annoncer le lancement de leur campagne d’affichage 2009 qui se déroulera à Marseille du 13 au 21 octobre 2009.

Nous invitons les représentants des différents médias à une conférence de presse qui se tiendra à l’hôtel Best Western du Prado à partir de 15 heures jeudi 15 octobre en présence de la députée Muriel Marland-Militello et de Madame Jeanne Augier, PDG de l'hôtel Negresco. Ce sera également l’occasion de présenter notre tout nouveau livret des abolitionnistes, qui recense les signatures de plus de 800 personnalités qui s’engagent aux côtés du CRAC Europe pour la disparition définitive de la corrida. Nous présenterons également les affiches refusées par l’ARPP, Autorité de régulation professionnelle de la publicité (anciennement BVP). Raisons invoquées : trop violentes, trop de sang, risque de choquer les enfants. Ces mêmes enfants qui peuvent aller gratuitement voir des corridas dans de nombreuses localités du sud de la France !

 

Ce n’est pas un hasard si notre campagne débute quelques jours avant la fiesta des Suds. Nous savons que Marseille, qui n’a pas connu de corridas depuis 1962, est une ville en danger. Après un demi-siècle d’interruption, certains n’ont qu’une idée, réintroduire la barbarie dans la cité phocéenne. Ainsi, une capea avait été interdite en 2005 par arrêté municipal. Ce fut le cas en 2008 pour une course camarguaise. En effet, d’après la jurisprudence récente, il suffit d’organiser n’importe quelle activité tauromachique pour pouvoir invoquer ensuite la tradition et installer la torture codifiée que certains nomment corrida. Il est important pour nous de faire savoir aux Marseillais qu’il existe des associations qui luttent pour l’abolition de cette pratique d’un autre âge et qu’ils peuvent nous rejoindre.

 

Cette campagne d’affichage est l’occasion de soutenir de toutes nos forces la proposition de loi n° 228 que la députée des Alpes-Maritimes Muriel Marland-Militello a déposé pour la seconde fois en septembre 2007, et qui a déjà recueilli le soutien officiel de 51 députés de toutes sensibilités politiques, dont des élus du Sud : Jean-Marc Roubaud dans le Gard, François Calvet dans les Pyrénées-Orientales, Maryse Joissains-Masini et Éric Diard dans les Bouches-du-Rhône, Catherine Lemorton en Haute-Garonne et Lionnel Luca dans les Alpes-Maritimes.

 

Cette proposition de loi demande la suppression de l’alinéa 7 de l’article 521-1 du Code pénal qui tolère de manière anachronique les « sévices graves et les actes de cruauté »  sur les taureaux et les coqs, sous couvert de tradition.

 

La proposition de loi de Madame Marland-Militello est visible sur le site de l'Assemblée nationale : http://www.assembleenationale.fr/13/dossiers/sevices_graves_animaux_domestiques.asp

 

En outre, Madame Marland-Militello vient de saisir les Présidents Bernard Accoyer et Jean-François Copé afin que sa proposition de loi soit inscrite à l’ordre du jour de l’Assemblée nationale.

 

Alors que plus de 70 villes espagnoles se sont déclarées anticorrida (4 villes en France) et que le Parlement catalan a été saisi à l’occasion d’un référendum d’initiative populaire, alors qu’une réflexion éthique est engagée dans de nombreux pays pour modifier radicalement le comportement de l’être humain à l’égard d’autres êtres sensibles, comment peut-on encore défendre l’indéfendable ?

 Merci à tous nos partenaires qui ont permis la réalisation de ce projet : SNDA, One Voice, CAS international, Animaux en péril, FAACE, Fédération Agissons, Initiative Anticorrida, Animal 2000, Fondation 30 Millions d’amis, Fondation Weber, OABA, hôtel Negresco, ADDA, Association Bourdon, CVA, FAADA, IWAB, L214, Stop Our Shame, UNA, Animal et Assoguau.

 


 

 

                                                                           Pour le CRAC Europe

                                                                           Jean-Pierre Garrigues

                                                                           Vice-président

                                                                      

                                                                           www.anticorrida.com

Partager cet article

Repost 0
Published by Vivi - dans Tauromachie
commenter cet article

commentaires

Vivi 17/06/2010 10:26



Je fais suite au commentaire de Bernard. Un rapport de décembre 2009 de One Voice est dispponible concernant toutes les manipulations et les tromperies dans les corridas. Je vous mets le lien :
Rapport corrida



Bernard Delhaye 12/06/2010 04:44



J'aimerais dire une fois pour toutes que ce débat ne sera jamais clos, car il est aussi impossible à trancher que les exemples suivants:


-Faut-il légaliser la marihuana ?


-Faut-il nourrir les bébés au sein ou au lait en poudre ?


-Qui a raison dans le conflit israelo-palestinien ?


-L'éducation des ados doit-elle être 68arde ou militariste ?


-Comment faire de l'Internet un outil d'éducation au lieu d'une vaste poubelle ?


-Faut-il travailler plus si l'on vit plus longtemps ou profiter de la vie?


J'ajoute que le désir de combattre un animal dangereux pourrait fournir un exutoire bienvenu à l'agressivité latente de nombreux adolescents qui y trouveraient une alternative (terme taurin) à
leurs dérives comportementales, dans les quelques régions où cela est encore autorisé.


Je suis un aficionado belge toujours soucieux d'écouter les arguments opposés à la corrida, et désire par ailleurs m'informer davantage au sujet des possibles sévices infligés au taureau avant
son entrée dans l'arène qui, s'ils étaient avérés, feraient de moi un des vôtres.


Cordialement,    Bernard "olímpico"


 



Vivi 12/06/2010 09:46



Bonjour Bernard,


Pour vous assurer que ces faits sont avérés, les infos à ce sujet ne manquent pas. Vous en saurez plus en allant sur ce lien : http://www.anticorrida.com/. Cliquer sur Corrida, barre en haut, puis à gauche sur En Savoir +, l'avant corrida. Ou ici : http://www.anticorrida.org/ cliquer sur "Combat loyal ?". Vous aurez un petit aperçu de ce qu'on leur fait
subir avant l'entrée dans les arènes. Désolée mais ce sont tous des sites anticorridas car bizarrement, ce ne sont des infos qu'on ne trouvent pas sur les sites de promotions de la corridas ...
Vous y trouverez aussi une bibliographie fournie, à même de satisafaire votre curiosité sur le sujet ...


Par ailleurs, vous pouvez aussi lire le témoignage d'anciens toreros "repentis" comme celui d'Alvaro Munera : http://agir-pour-les-galgos.over-blog.com/ext/http://galgos-ethique-europe.over-blog.org/article-alvaro-munera-torero-colombien-repenti-soutient-l-ilp-prou-47142393.html ou celui de
Chiquilin : http://www.flac-aquitania.org/article-13893540.html


Quant à savoir si ce débat ne sera jamais clos. J'ose espérer que oui ... Si l'humain possède un tant soit peu d'humanité. Et sans minimiser la portée d'autres débats de société, je pense que
mettre un terme à une souffrance animale, initiée uniquement pour le plaisir de quelques uns quand la majorité trouve cela répugnant, est un débat qui mérite de trouver une issue et pas un faux
statu quo avec d'un côté les pour et de l'autre, les contre. Il ne peut pas y avoir d'entre deux. Et pour nous, la lutte s'achèvera le jour où les taureaux cesseront d'être suppliciés dans les
arènes ...


Cordialement,


Vivi



Colapat 26/10/2009 09:50


merci pour votre réponse, je reviendrai certainement après avoir lu l'extrai du code pénal.
Si j'y arrive !!
excusez la faute d'orthographe sur mon précédent com.


Vivi 26/10/2009 10:15


Pas de souci !! Voici le lien :
http://www.legifrance.gouv.fr/affichCode.do?cidTexte=LEGITEXT000006070719&dateTexte=20091026

Bon courage !!


Colapat 26/10/2009 08:18


Bonjour, je viens chez vous par l'intermédiaire du blog de Morsli.
J'aimerai savoir si l'association des personnes contre la pratique des corridas a prévu dans son action ce que vont devenir les toros si les corridas sont supprimée ?


Vivi 26/10/2009 09:43


Bonjour Colapat,
La position du CRAC est la suivante :

"Le CRAC est par principe opposé à l’utilisation des animaux pour divertir les foules. Ce sont des êtres sensibles qui n’ont pas à subir les caprices humains et encore moins à être malmenés pour
le plaisir.


Les activités taurines autre que la corrida émanent généralement du lobby taurin qui est à l’origine des corridas. Elles constituent la source financière principale de ce lobby et participent à
l’élargissement de l’implantation géographique de la culture taurine et par là même de la corrida.


Ces deux raisons nous suffisent à condamner moralement les activités taurines en général. Cependant, l’objet du CRAC n’est autre que l’abolition de l’alinéa 5 de l’article 521-1 du Code pénal qui
tolère les actes de cruauté et sévices graves sur animaux lorsqu’une tradition locale ininterrompue peut être invoquée.


Le CRAC ne se bat donc pas contre toutes les activités taurines, même s’il les désapprouve fortement, mais uniquement contre les sévices graves et actes de cruauté que constitue la corrida, actes
de torture qui plus est banalisés aux yeux des enfants."


Source : http://www.anticorrida.com/la-corrida/


En ce qui me concerne, je pense que si la corrida s'arrête un jour, il faudra un temps d'adaptation pour ramener le nombre de bêtes à un chiffre "gérable" (là on alimente le marché en "faisant du
taureau" tout les ans pour la grande boucherie "culturelle").


Par ailleurs, l'argument qui consiste à dire que supprimer la corrida reviendrait à voir disparaître la race des taureaux de combat est un faux argument. Au même titre qu'on protège des espèces
locales, il est tout à fait possible de protéger celle-ci au nom de la biodiversité, pour protéger un patrimoine, par amour de la race ... La raisons ne manquent pas. Ne serait-ce que pour le
plaisir de voir paître dans les prés ces superbes animaux. Les fonds publics qui alimentent ce secteur juteux trouveraient là un joli débouché !!


Mais avant d'en arriver là, il reste un sacré boulot ...


Cordialement,


Vivi