Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Vivi
  • Le blog de Vivi
  • : Relai d'informations dans la protection animale, l'écologie mais aussi les injustices sociales, l'atteinte aux libertés. Chaque jour nous rappelle que l'homme n'est pas seulement un loup pour l'homme, c'est aussi un prédateur pour toute la création ...
  • Contact

Recherche

Archives

20 novembre 2009 5 20 /11 /novembre /2009 08:18
Trouvé sur le forum Mécanopolis,

Principe de précaution à deux vitesses. L'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) a annoncé hier qu'une femme enceinte de huit mois et demi a perdu son bébé deux jours après s'être fait vacciner contre la grippe A(H1N1). Des examens complémentaires sont en cours, a indiqué le directeur général de l'Agence, Jean Marimbert, rappelant qu'il y a chaque année plus de 3 000 morts in utero et que 30 % des cas restent inexpliqués.

Le problème, c'est que cette femme, une professionnelle de santé, a reçu une dose de vaccin avec adjuvant, contrairement aux recommandations. Les effets de ces substances sur les femmes enceintes et les enfants en bas âge étant inconnus, les autorités ont en effet décidé d'appliquer le principe de précaution. La vaccination de cette population ne commence d'ailleurs qu'aujourd'hui, avec un vaccin sans adjuvant.

D'où l'étonnement de Thierry Amouroux, du Syndicat national des professionnels infirmiers (SNPI). « Elle n'aurait jamais dû être vaccinée, c'est totalement contraire aux instructions qui ont été diffusées. En plus, le vaccin sans adjuvant vient d'arriver. » Une analyse partagée par Patrick Pelloux, de l'Association des médecins urgentistes de France, qui demande au directeur de la Santé Didier Houssin de « s'expliquer » et qui dénonce également « la forte pression à laquelle sont soumis les personnels des hôpitaux. On veut les vacciner à tout prix. »

Du côté de l'Afssaps, on rappelle que « rien n'empêche une femme enceinte de se faire vacciner avec un vaccin adjuvanté. C'est d'ailleurs le cas en Suède, note Fabienne Bartoli, adjointe au directeur général de l'Agence. On applique un principe de précaution mais un médecin a pu décider si, au vu des risques, il était préférable de vacciner sans attendre qu'un vaccin sans adjuvant soit disponible. »

Source 20minutes.fr

Partager cet article

Repost 0
Published by Vivi - dans Santé
commenter cet article

commentaires